centre international de poésie Marseille
ACCUEIL
 
LE CIPM
Présentation
Coordonnées
Adhérer
AUTEURS
PUBLICATIONS
[à télécharger]
Hors collection
CCP - cahier critique de poésie
CCP en ligne
Cahiers du Refuge
Le Refuge
Le Refuge en Méditerranée
Import / Export
Un bureau sur l'Atlantique
Actes de colloques
cent titres
[autres...]
Le Clou dans le Fer
PHONOTHÈQUE
RÉSEAU
Adresses
Liens

BIBLIOTHÈQUE

ARCHIVES
Expositions
Manifestations
Les Inédits
Résidences
Ateliers
Traduction
Conférences

EXPOSITIONS

Khalil El Ghrib

Imprimer cette page


du vendredi 8 juillet au samedi 24 septembre 2016

Œuvres de :
Khalil El Ghrib




Khalil El Ghrib
Exposition du 8 juillet au 24 septembre 2016

Vernissage
suivi d’interventions avec :

Khalil El Ghrib, Eric Audinet, Mohammed Berrada, Bernard Collet,
Philippe Guiguet Bologne et James Sacré

Le vendredi 8 juillet
à partir de 18h30

- - -

Le film
Khalil El Ghrib, un peintre sans peinture
réalisé par Noé Yan Mallets
sera visible pendant l'exposition et consultable sur écran


« Il me semble que Khalil laisse d’emblée aux objets qu’il ramasse leur entière liberté (si je peux m’exprimer avec un mot qui a sans doute peu de sens pour un objet) : tel morceau de carton n’a rien qui puisse justifier qu’on y prête attention, de plus on ne sait pas comment il va s’émietter ou pourrir, sécher, se tordre, dans ce lieu où Khalil accumule ses matériaux. Attente de leurs transformations et l’envie bientôt de les mêler à ses gestes qui sont peut-être des caresses au monde en ses endroits les plus secrets et pourtant fortement montrés là partout dans les rues, les décharges publiques, le bord des plages, le pied des buissons de grands roseaux, ou devant le seuil de la maison d’où il sort. »

— James Sacré



« D’un peu d’encre mêlée à de l’eau, d’un lavis maigre et transparent, parvenir à créer du volume, des blocs, de la matière pondéreuse, des sculptures d’illusion, des présences lapidaires, carrés d’argile ou de pierre montrés dans l’essence même de leur présence-absence, mémoires d’une matérialité qui était là et ne s’y trouve plus, laissant alors la trace d’une aura. Travailler sur cette rémanence des choses, cette lumière persistante, demeurée vive, alors qu’elles ne sont plus présentes à nos yeux. Peindre la matière après sa disparition, cet encore là de toute chose. Recomposer les flux magnétiques pour la faire réapparaître, scruter son énergie et discerner sa faible lueur. Entrer dans cette folie de la voir encore et encore. »

— Bernard Collet





Écouter :

Entretien d'Alain Paire
avec Khalil El Ghrib


Captation sonore de la
soirée du vernissage







lire aussi :
253

 

MA COMMANDE
LETTRE D'INFO
CCP 33
ACTUALITÉ
expositions :
Quand pensez-vous ?
manifestations :
Les Usagers du cipM 2017
les inédits :
Inédits 2017
résidences :
Vincent Tholomé
vient de paraître :
262
CCP 34-1
L'hypothèse Tanger
Une aventure de Tanger

en écoute :
Ly Hoang-Ly
Jean-Pierre Bertrand
Estella Comellas
Daniel Charles
Jena Osman
Hélène Gerster
Christophe Tarkos
Shuntaro Tanikawa
Arno Calleja
Marie de Quatrebarbes

retour en haut de page Mentions légales Crédits Coordonnées retour en haut de page