centre international de poésie Marseille
ACCUEIL
 
LE CIPM
Présentation
Coordonnées
Adhérer
AUTEURS
PUBLICATIONS
[à télécharger]
Hors collection
CCP - cahier critique de poésie
CCP en ligne
Cahiers du Refuge
Le Refuge
Le Refuge en Méditerranée
Import / Export
Un bureau sur l'Atlantique
Actes de colloques
cent titres
[autres...]
Le Clou dans le Fer
PHONOTHÈQUE
RÉSEAU
Adresses
Liens

BIBLIOTHÈQUE

ARCHIVES
Expositions
Manifestations
Les Inédits
Résidences
Ateliers
Traduction
Conférences

RéSIDENCES

Jean-Charles Depaule

Imprimer cette page


en 2010

En résidence à Saïda du 21 septembre au 7 novembre 2010
Jean-Charles Depaule



Cette résidence est issu d'un partenariat entre les
Centres culturels français de Beyrouth et de Saïda,
le Salon du Livre francophone de Beyrouth,
la fondation Hariri
et le cipM



Deux lectures publiques du travail de Jean-Charles Depaule auront lieu

À Saïda
Khan el-Franj (caravansérail des Français),
Le 14 octobre 2010

À Beyrouth
Dans le cadre du Salon du Livre francophone [29 octobre - 7 novembre],
la librairie Le Point a le plaisir de vous inviter à une rencontre
autour du thème « la Méditerranée des mots »
avec
Jean-Charles Depaule

Le dialogue sera conduit par
Iskandar Habache, poète et journaliste

Le vendredi 5 novembre 2010 à 19h, Espace Agora, au BIEL
Suivra une signature de ses ouvrages au stand de la librairie Le Point

Le cipM sera présent lors de ce Salon



C’était mon premier voyage hors de France, excepté quelques excursions en Suisse. Je venais au Liban pour y être précepteur pendant deux mois. J’ai gardé des notes : Paris-Beyrouth le mardi 2 juillet 1963, Libanais, Iraniens, quelques Européens. À l’arrivée, on tourne plusieurs fois, Beyrouth paraît un instant être audessus de l’avion, puis on se dirige droit sur la ville. Ma voisine (légère et tremblante) s’écrie : « oh la vache, regarde comme c’est joli ». À l’atterrissage tout le monde applaudit. Souvent j’essaie de me remémorer ma première perception des lieux ou des gens. Paris, 1953, l’été de la grande grève des cheminots, nous avions pris l’un des rares trains qui circulaient de nouveau, occupant n’importe quelles places disponibles. Je me souviens de l’arrivée, des enseignes lumineuses sur les toits des immeubles dans la nuit, en face de la gare de Lyon, et des taxis. Et Marseille : les platanes du boulevard d’Athènes ou de l’Estaque, et, la nuit, en été, la place Castellane, l’eau de la fontaine. L’arrivée à l’aéroport de Beyrouth, le 2 juillet 1963, la nuit est tombée, beaucoup de monde en tous sens, beaucoup de bruit, des tenues claires, la chaleur qui happe le corps, l’humidité de l’air. Le lendemain : la très vive lumière, des sons, des goûts, dès le petit-déjeuner, et des odeurs inconnus. Celle des cigarettes américaines. Les grandes belles voitures ondulantes. La chaleur, les vêtements plaqués sur la peau par la sueur. Je n’ai pas conservé d’image de ma visite de Saïda dans les jours qui ont suivi. Celles qui se sont succédées au cours des années, après la longue interruption de la guerre, en ont sans doute effacé ou recouvert le souvenir.

in le ' ' ' Cahier du Refuge ' ' ' 193, octobre 2010





lire aussi :
Sur Place
193

 

MA COMMANDE
LETTRE D'INFO
CCP 33
ACTUALITÉ
expositions :
Les invités
Les invités
Quand pensez-vous ?
manifestations :
Éditions Contrat Maint
Revue fondcommun, séance publique de travail
résidences :
Vincent Tholomé
vient de paraître :
260
CCP 33-5
CCP 33

en écoute :
Ly Hoang-Ly
Jean-Pierre Bertrand
Estella Comellas
Daniel Charles
Jena Osman
Hélène Gerster
Christophe Tarkos
Shuntaro Tanikawa
Arno Calleja
Marie de Quatrebarbes

retour en haut de page Mentions légales Crédits Coordonnées retour en haut de page