centre international de poésie Marseille
ACCUEIL
 
LE CIPM
Présentation
Coordonnées
Adhérer
AUTEURS
PUBLICATIONS
[à télécharger]
Hors collection
CCP - cahier critique de poésie
CCP en ligne
Cahiers du Refuge
Le Refuge
Le Refuge en Méditerranée
Import / Export
Un bureau sur l'Atlantique
Actes de colloques
cent titres
[autres...]
Le Clou dans le Fer
PHONOTHÈQUE
RÉSEAU
Adresses
Liens

BIBLIOTHÈQUE

ARCHIVES
Expositions
Manifestations
Les Inédits
Résidences
Ateliers
Traduction
Conférences

EXPOSITIONS

Joan Rabascall


Zapping
Imprimer cette page


du vendredi 20 mai au samedi 25 juin 2011

Exposition consacrée au travail de
Joan Rabascall



Présentations :


Jadis nous vivions à l’ère de la télévision, désormais nous vivons à celle de l’écran. Cette transition rendue possible par la technique de l’écran plat s’est opérée progressivement sans que nous y prenions garde. De téléspectateurs qui communient, nous sommes devenus des spectateurs qui regardent et qui zappent. La différence entre l’écran de télévision et l’écran au sens générique (façades d’immeubles, téléphones portables, livres électroniques, systèmes GPS, etc.), c’est que celui-ci n’a pas de valeur iconique en ce sens qu’il transmet bien des images, mais qu’il n’est pas lui-même une image au même titre que l’écran de télévision. Dans l’art du xxe siècle (par excellence le siècle de la télévision, alors que le xxie est celui de l’écran), le carré noir sur fond blanc de Malévitch préfigurait dans l’imaginaire occidental ce qui, sous forme d’écran de télévision (dont on ne sait s’il est allumé ou éteint), allait devenir l’icône du xxe siècle à laquelle Rabascall a consacré une série intitulée La voix de son maître – le medium est le message.
[…]

Jacques Soulillou



Maintenant que notre désordre s’est entassé jusqu’au ras de l’histoire, et que nous abordons l’idée médiatique du monde en iconocrates consommés, l’image du réel que nous appréhendons devient l’image même de l’idée que nous nous en faisons.
Rabascall en rend compte dans un langage brutal et contemporain qui va plus loin qu’un simple constat. Ainsi certains de ses tableaux – reports photographiques sur toile qu’il fut l’un des tout premiers à utiliser – représentent-ils une multiplication éperdue de parkings avec pour seul paysage un fond gris de plage ou bien, sur d’autres toiles d’interminables avenues bordées d’immeubles désolant d’uniformité, construits au plus près du rationnel, du moins cher, du rentable. L’idée du beau et du bien être régnant en maître dans l’esprit collectif des sociétés occidentales contemporaines. Pour qu’on ne s’y trompe pas, Rabascall ajoute ici ou là, en surimpression, un mot, un titre, sur chacune de ses toiles.
[…]

Jean-François Bory











voir aussi :
Joan Rabascall - Zapping (Manifestations)


lire aussi :
201

 

MA COMMANDE
LETTRE D'INFO
CCP 33
ACTUALITÉ
expositions :
Quand pensez-vous ?
résidences :
Vincent Tholomé
vient de paraître :
CCP 34-1
261
L'hypothèse Tanger
Une aventure de Tanger

en écoute :
Ly Hoang-Ly
Jean-Pierre Bertrand
Estella Comellas
Daniel Charles
Jena Osman
Hélène Gerster
Christophe Tarkos
Shuntaro Tanikawa
Arno Calleja
Marie de Quatrebarbes

retour en haut de page Mentions légales Crédits Coordonnées retour en haut de page